Le pangolin du muséum, ou comment un animal couvert d'écailles a sa place parmi les mammifères

Publié par Muséum d'histoire naturelle Nantes Métropole, le 10 mai 2020   160

Xl pangolin

Le pangolin du muséum, ou comment un animal couvert d'écailles a sa place parmi les mammifères

Manis tetradactyla - Photographié, pendant la période de confinement par le veilleur de nuit Loïc Violain.

Le pangolin du muséum est un Pangolin à longue queue, espèce vivant dans les forêts sub-sahariennes d'Afrique. Son nom vernaculaire fait référence à sa longue queue mesurant en moyenne 60 cm.



Dans la vitrine des mammifères entre un ours et une gazelle, le Pangolin à longue queue suscite toujours des questions. Jusqu'alors la question principale portait non sur sa capacité à transmettre le Coronavirus mais sur son allure, si particulière pour un mammifère.

« Vous venez de nous dire que les mammifères étaient couverts de poils... Or cet animal est couvert d'écailles... ». Le muséum se serait-il trompé en le présentant ici dans cette vitrine ?

M'étant il y a quelques années prise de passion pour les liens de parenté chez les animaux vertébrés, cette question m'entrainait dans des explications parfois un peu longues ...et bien des enseignants venus préparer leur visite au muséum regrettaient peut-être de me l'avoir posée. En attendant que les classes retrouvent l'habitude des visites au muséum, voici un éclairage sur la classification de notre animal.

Laissons pour l'instant de côté la face dorsale recouverte d'écailles et penchons-nous sur la face ventrale. Observation : peau recouverte de poils. C'est donc simple, l'animal est un mammifère. Un mammifère recouvert d'écailles mais bien un mammifère.

Dans le milieu des années 1980, l'humoriste Pierre Desproges l'avait comparé à « un artichaut à l'envers, prolongé d'une queue à la vue de laquelle, on se prend à penser que le ridicule ne tue plus."

https://www.facebook.com/Ina.f...

Parmi les vertébrés, les mammifères sont les seuls à allaiter leurs petits et à posséder une mandibule faite d’un seul os. C’est la présence de poils et d’oreilles bordées d’un pavillon externe qui constitue les caractères les plus facilement observables chez la plupart des espèces.

Des oreilles chez le pangolin ? … oui toutes petites, comme les yeux et la bouche mais elles sont bien là.

Une investigation beaucoup plus poussée nous permettrait de remarquer que les sorties des voies digestives et urogénitales sont séparées. Chez d'autres mammifères, comme les ornithorynques par exemple, il n'existe qu'une seule sortie, nommée cloaque. Comme chez la plupart des mammifères, mammifères dits euthériens, la vie embryonnaire se poursuit jusqu'à la naissance dans l'utérus de la femelle.

Voilà donc notre pangolin positionné dans la grande vitrine des Mammifères euthériens. Nous y sommes aussi, nous les humains, à côté des grands singes.

Continuons l'examen de notre patient. Petit tour chez le dentiste... L'animal n'a pas de dents. Il est totalement édenté !

Paradoxe : il existe dans la classification des Mammifères un groupe nommé « Edentés » ou plus joliment « Xénarthres » mais ses représentants ne sont pas aussi totalement édentés que les pangolins. Dans ce groupe des Xénarthres, on y trouve les fourmilliers, les paresseux, les tatous, qui ressemblent, de loin, aux pangolins mais pas tout-à-fait. Ils possèdent des caractères propres qu'ils ne partagent pas avec les pangolins. Deux histoires évolutives distinctes.

L'étau se resserre autour de notre Pangolin à longue queue.

Poils, pavillons auditifs, absence de dents, écailles cornées disposées sur le dos de l'animal comme des tuiles sur un toit... Tout cela en fait un mammifère doté de caractères propres à son groupe, le groupe des Pholidotes (du grec pholis : écailles).

Actuellement, on dénombre 7 espèces de Pholidotes, toutes africaines ou asiatiques. Les pangolins sont des animaux nocturnes, vivant à terre ou dans les arbres. Leur nourriture est principalement constituée de fourmis et de termites. Ces proies sont attrapées par une très longue langue recouverte d'une salive gluante. Autre particularité anatomique : les pangolin possèdent un estomac en partie couvert de denticules cornées servant au broyage des proies. Quand on n'a pas de dents...

Animaux de petite taille, de mœurs nocturnes, à l’allure de musaraigne, les premiers mammifères apparaissent, pense-t-on, il y a environ 220 millions d’années. Les plus anciens fossiles de pangolin, datés d'il y a 40 millions d'années, en font donc une lignée assez jeune.

Aujourd'hui les pangolins sont devenus, avec les chauve-souris, symboles des zoonoses.

De nouvelles questions se préparent pour notre Pangolin à longue queue.


Sylvie LE BERRE

Responsable du Service des publics du Muséum de Nantes

Image de couverture : © Bebert Plonk & Replonk