Déclic écologique au musée - Replay

Publié par Echosciences Nantes Métropole, le 2 mai 2022   64

Aujourd’hui, les musées se trouvent face à de multiples injonctions : optimisation numérique, innovation en médiation, invention de nouvelles offres et des parcours numériques, distinction des institutions paires (ou similaires). Les visiteurs, habitués à des outils numériques, s’attendent à des propositions toujours plus innovantes…

L'objectif de cette journée est alors d'exposer la manière dont la sobriété numérique prend part au musée, dans un contexte où le numérique prend de plus en plus d’ampleur dans le contexte culturel. A travers plusieurs interventions et thématiques, il s’agira de voir si les musées sont susceptibles de trouver un équilibre entre les avantages du numérique (organisation, médiation) et son impact écologique.

Cette journée d'étude a été organisée par le Master Musées et Nouveaux Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle

  Pour voir la vidéo de la journée, cliquez ici.

Programme :

10h : état des lieux du sujet

  • Fabien Van Geert, maître de conférences en muséologie et co-directeur du master Musées et Nouveaux Médias - Université Sorbonne Nouvelle
  • Allison Guiraud, Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication - Avignon Université

Pourquoi la formation Master Musées et

Nouveaux médias a amené les étudiants à choisir ce sujet ? Nous

expliquerons le sens de cette journée au regard des enjeux actuels de la

sobriété numérique dans les institutions culturelles. En partant de

l’historique du numérique au musée et de cas concrets, nous soulèverons

les premières questions que cette conjugaison de l’écologique et du

numérique supposent.

10h30 : numérique et écologique : l'impossible conjugaison ? (keynotes)

  • Vincent Courboulay, Maîtres de conférences HDR - La Rochelle Université Directeur scientifique - Institut du Numérique Responsable.

Alors que les institutions culturelles

sont encouragées à l’innovation numérique dans l’objectif d’attirer

toujours plus de public, la question de l’impact écologique des outils

numériques commence à émerger. Entre vecteur de diffusion et vecteur de

pollution, le numérique apparaît à double tranchant.

11h : un musée numérique sur le thème de l’écologie et de la préservation de la biodiversité (étude de cas)

  • Aurélie Utzeri - conservatrice et responsable du Musée du Vivant.

Le musée du Vivant, institution liée à

l’école Agroparistech, s’est engagé dans une numérisation quasi complète

de ses collections et contenus. Tourné essentiellement vers des

thématiques autour de la biodiversité, comment le numérique peut-il ici

se mettre au service de l’écologie ?

11h20 : l'Augures Lab numérique responsable (étude de cas)

  • Romane Clément, co-fondatrice de CTRL S

Associer le numérique et les enjeux

écologiques, c’est la volonté qui a guidé l’association de CTRL S et du

collectif “Les Augures”. Cette présentation du Lab Numérique Responsable

dévoile un programme d’expérimentation collaboratif qui doit

accompagner les institutions culturelles dans l’innovation

technologique, tout en maîtrisant leur impact écologique.

  • Camille Pène, co-fondatrice du collectif Les Augures

12h : pause déjeuner

13h : comment développer une stratégie muséale numérique plus responsable ? (table ronde)

  • Mathieu Boncour, Directeur de la communication et de la RSE - Palais de Tokyo
  • Elise Dumonteil, Directrice du développement - Ask Mona
  • Florence Raymond, Cheffe du service Ressources documentaires, Innovation numérique et Prospective et Chargée de la collection des Plans-Reliefs au PBA de Lille

La définition d’une stratégie responsable à

l’échelle d’une institution muséale dépend d’enjeux organisationnels et

de gouvernance. Création de postes dédiés, réalisation d’audits et de

diagnostics relatifs à l’impact énergétique et carbone sont autant de

manières d’orienter la vision et la raison d’être d’un musée prenant en

compte les enjeux du numérique responsable.

13h45 : une médiation numérique décarbonée est-elle possible ? (table ronde)

  • Karl Pineau, Directeur du Media Design Lab de l’Ecole de Design de Nantes, co-président des Designers Éthiques
  • Paul Michalet, Développeur web en cours de spécialisation vers la sobriété numérique et la redirection écologique
  • Romane Clément, co-fondatrice de CTRL S
  • Guillaume Darcourt, co-gérant de Fleur de papier, comment intégrer la problématique de l’écologie dans les outils de médiation numérique

Besoins en électricité, stockage dans des

serveurs : les dispositifs numériques de médiation sont par essence

sources de pollution. Une médiation numérique décarbonée peut-elle être

envisagée ? Des alternatives sont-elles viables ?

14h45 : conclusion

  • Omer Pesquer, Consultant spécialiste des technologies et des usages associés au numérique.

Ouverture vers d'autres numériques.